Nos articles

L'intestin permeable et la notion de terrain chez les chevaux

17 Jan, 2022 | Mélanges de plantes

Temps de lecture: 7 minutes

Introduction

Aujourd’hui, l’hyperperméabilité intestinale est bien un fléau chez les chevaux et responsable d'un grand nombre de pathologie. Il n'y pas que l'intestin bien évidemment, mais cela démarre souvent par cet organe. Il devient poreux, laisse passer les déchets, bactéries, particules dans l'organisme du cheval, le foie, saturé, ne traite plus les déchets, ceux-ci, vont chercher un émonctoire alternatif, en d'autres termes, une autre porte de sortie de secours: la peau, les poumons, sabots, nez, reins ...Et c'est là que le propriétaire dit : mon cheval est malade, nous allons lui coller une étiquette "maladie"

 

La maladie réelle n'existe pas, il s'agit d'un déséquilibre physiologique, quand cet équilibre est ROMPU, un symptôme apparaît.

Le symptôme apparait quand l’organisme n’arrive plus à s’adapter à son environnement. La maladie n’est rien, le ***TERRAIN est tout. La fâcheuse tendance de la médecine traditionnelle est de venir éteindre ce symptôme à coup d'antibiotique, de cortisone et anti-inflammatoire sans jamais prendre en compte le ***TERRAIN sur laquelle se développe la pathologie.

Un signal indique que l’organe n’arrive plus à s’adapter à son environnement qu’on lui a donné, la réponse classique est donc : prenez un médicament….En gros : coupez le signal d’alarme !

C'est un peu comme : la loupiotte clignote ROUGE vif sur votre tableau de bord, il signale qu’un problème mécanique est survenu, vous vous rendez vite chez votre garagiste, il éteint la loupiotte rouge et vous rend la voiture…

Bien entendu, nous sommes d’accord qu’en cas de nécessité ou danger réel, l’usage d’un antibiotique ou anti-inflammatoire est indispensable. Mais force est de constater, par manque de connaissance alternative, c’est trop souvent la seule solution utilisée et connue de la majorité. Il existe aujourd’hui une pléiade de méthodes douces: aromathérapie, phytothérapie, homéopathie, les antibiotique naturels, argent colloïdal, chlorure de magnésium, sans oublier l’acuponcture, shiatsu, ostéopathie, communication animale. Elles ne devraient d’ailleurs pas s’appeler « Alternatives » car ce sont des soins à part entière qui ont fait leurs preuves.

 

Comment le cheval arrive il à un intestin perméable ?

 

L’intestin du cheval est peuplé de milliards de bactéries, 10 fois plus que les cellules du corps, il peut être considéré comme un organe à part entière. Il est aussi indispensable que le cœur, le foie et le cerveau pour sa santé. Nous le nommons donc bien notre 2ème cerveau. Pas d’intestin= pas de cheval !

 

 Pour commencer, l’intestin devient perméable au fil des années (leaky guts) souvent dû aux mêmes éléments, seuls ou combinés, cela se fait progressivement, à petites doses toxiques, chaque jour : 

  • Céréales industrielles pulvérisées, OGM, qui sont une catastrophe pour les intestins, (trop de sucre proliférant de mauvaise bactéries et donc dysbiose intestinale), alimentation non adaptée au cheval. Les céréales créent beaucoup de déchets métaboliques dans l’organisme également et sont acidifiantes, elles contiennent par ailleurs beaucoup de mycotoxines. Les pâturages, le foin et les céréales peuvent tous favoriser la croissance de différents types de champignons, en fonction du climat et de la saison. 
  • L’abus de vermifuges chimiques (4 fois par an), un peu comme si nous prenions 4 fois des antibiotiques par année en prévention... (?!)  Un vermifuge chimique devrait SYSTEMATIQUEMENT être suivi de 1 mois de pro biotique pour restaurer la flore.
  • Les antibiotiques, la cortisone, l’abus de vaccins (les adjuvants)  qui contiennent entre autres :aluminium, mercure, formaldéhyde (Equilis Prequenza Te) carbomère (les carbomères sont des polymères synthétiques), carbopol, les AINS, les hormones de synthèse (style regumat), anti-inflammatoires
  • La paille (les pesticides, raccourcisseurs de paille) Mauvaise qualité de foin (moisissures) ou préfané mal balloté, enrubanné récolté par mauvais temps, mal conservé etc… 
  • L’eau de ville traitée au chlore, le chlore étant un bactéricide, il tue les bactéries dans les intestins, bonnes comme mauvaises. Il contient aussi du plomb et une panoplie d’autres métaux lourds, hormones, antibiotiques, anti dépresseurs, etc.… en somme tout ce que les humains consomment en médicaments, des nitrites, des pesticides. 
  • Pollution de l’air sur laquelle nous n’avons que peu d'impact (Glyphosate, pesticides, herbicides, pollution des avions) en agriculture, pollution et appauvrissement des sols.
  • Le STRESS est très acidifiant pour l’organisme du cheval et laisse un terrain hyper acide avec une acidose de l’intestin.
  • La sédentarité, le manque de mouvement est un facteur clef.
  • Pour finir : LES ÉMOTIONS, les émotions font partie intégrante de la régulation globale que nous appelons l’homéostasie.

Quand l'intestin est abîmé et perméable, des particules, virus, bactéries pathogènes, déchets et toxines vont passer la barrière intestinale et se retrouver dans l’organisme du cheval, une partie de ces déchets sera filtrée par le foie (la poubelle de l’organisme). Pour autant que celui-ci ne soit pas totalement saturé et fatigué, ce qui est souvent déjà le cas… une autre partie, selon la sensibilité du cheval, ira se mettre dans les poumons, les articulations, ou va remonter sous forme de plaques, sarcoïdes, boutons, d’infections diverses et variées. Cela va créer une réponse immunitaire négative, l’organisme du cheval ne reconnaît pas les particules qui passent au travers de la barrière des intestins….

« Les organes vont alors donner une réponse immunitaire excessive, négative et pathologique »

 

 **Parlons à présent de ce fameux TERRAIN, c’est quoi au juste ? 

La notion de terrain est dans le ¾ du temps complètement ignoré. Ca mène dans une direction qui est complètement contraire à la vie. Le terrain physiologique c’est quoi ?

C’est la rencontre entre les 4 points suivants : 

1) L’hérédité et la constitution du cheval à sa naissance

2) Ce que le cheval a de disponible en terme de nutriments et aliments afin que sa biologie fonctionne correctement.

3) Les déchets accumulés dans son organisme, qui eux vont bloquer l’expression de la santé

4) Sa vitalité de l’instant.

Chaque cheval a un terrain qui lui est propre. Quand on soigne un cheval, il est indispensable de prendre en compte son terrain. La médecine classique se dote davantage d’une approche symptomatique, or une médecine fonctionnelle est une approche intégrative et scientifique. Les praticiens en médecine fonctionnelle regardent ” en amont ” le réseau complexe d’interactions dans l’histoire, la physiologie et le mode de vie de votre cheval qui peuvent mener à la maladie. La composition génétique unique de chaque cheval est prise en compte, ainsi que les facteurs internes (esprit, corps) et externes (environnement physique et contactes sociaux) qui affectent le fonctionnement global.

 

“La notion de terrain implique une remise en question de la médecine conventionnelle : la conception même du cheval et des humains. Le terrain implique en effet une conception globale, holistique de tous les chevaux, une conception non dissociée en organes isolés les uns des autres, et que l’on croit pouvoir soigner indépendamment les uns des autres”

 

Quelles pathologies associées à un intestin perméable ?

 

-La fourbure (septique, médicamenteuse, digestive d’obésité, métabolique, endocrine, alimentaire)

-Le Syndrome Métabolique Equin SME

-L’Obésité
-Maladie articulaire/Arthrose

-Santé des sabots

-Les maladies respiratoires : Notre Article a ce propos 

-Toutes les maladies de la peau

-Système immunitaire défaillant

-Gale de boue

-Allergies multiples

-Les maladies inflammatoires

-Les infections bactériennes

-Les staphylocoques

-Les maladies auto-immunes

-Les maladies chroniques

-Amaigrissement inexpliqué

-Dérèglement hormonal

 

Vous allez dire, WAOW, ça en fait un gros paquet, sachez que 80% de l’immunité se trouve dans l’intestin de votre cheval, c’est là où se situe la majorité des cellules immunitaires. …. Bien oui, ça en fait un gros paquet. Nous n’allons pas décrire individuellement ici chaque pathologie, nous consacrerons tout au long de l’année d’autres articles à ce propos.

Quels compléments pour restaurer la barrière intestinale ?

Réparer la barrière intestinale se fait avec de Glutamine en priorité, couplé à des pro et pré biotiques. Cela va de pair bien évidemment avec une hygiène de vie adéquate comme décrit dans l’article.

Chez nous : Permea Gut

 

« On ne cultive pas la santé en combattant les maladies, on cultive la santé, d’abord, en respectant la physiologie de base du cheval»

 

Vital’Herbs © 2022

Références :

1) **Altérations de la perméabilité intestinale : le rôle de "l'intestin qui fuit" dans la santé et la maladie : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6467570/ 
2) **https://ojs.bilpublishing.com/index.php/vsr/article/view/1619 
3) **Une étude de 38 chevaux d'un supplément avec glutamine et autres acides aminés conçu pour soutenir le tractus gastro-intestinal équin.http://www.freedomhealthllc.com/studies/VF3%20-%20The%20study%20of%20a%20supplements.pdf 
4**)Dr David Perlmutter (Auteur) L’Intestin au secours du cerveau. Comment le microbiote et l'alimentation le soignent et le protègent Paru le 6 janvier 2016 aux éditions : Marabout ISBN : 978-2-501-11152.2  5) **https://animalmicrobiome.biomedcentral.com/articles/10.1186/s42523-019-0013-3  
5** https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3337124/


Autres articles qui pourraient vous intéresser

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus