background

Nos articles

L'emphysème du cheval

L'emphysème ou l'obstruction chronique des voies aériennes est une pathologie à évolution lente qui peut néanmoins faire souffrir le cheval au quotidien.

Composée de périodes de crises et de guérison apparente, cette pathologie s'exprime d'abord de façon discrète.

 

Les symptômes et l'évolution de l'emphysème

 

L'intolérance à l'effort ou le manque d'entrain au travail est le premier symptôme constaté par les propriétaires. Une toux sèche, qualifiée de petite, courte et sans rappel, plus prononcée à l'effort peut parfois accompagner ce premier symptôme.

Le repos permet une rémission complète apparente. La reprise des efforts, l'exposition à une atmosphère poussiéreuse ou l'inhalation d'un air froid et sec provoque une nouvelle série de symptômes. Ces symptômes apparaissent brusquement et perdurent jusqu'à la mise au repos, d'où le terme de « crise d'emphysème ».

Les crises se définissent par un cheval prostré, cherchant son souffle, les naseaux dilatés. Un jetage mucopurulent apparaît chez certains chevaux. Une toux sèche ou grasse, selon les cas, accompagne ces symptômes. La respiration est parfois définie comme crépitante. Les premières crises apparaissent en hiver, le plus souvent lors d'une séance de travail.

Les crises se succèdent et deviennent de plus en plus fréquentes. Leur durée s'allonge, au point que certains chevaux ne connaissent plus de phase de « guérison » entre deux crises.

Les symptômes se font également plus prononcés, si bien que les chevaux développent leurs muscles abdominaux à cause des efforts fournis pour maintenir la respiration. Le muscle oblique externe se retrouve hypertrophié formant sur le côté du cheval une « ligne » en relief entre le flanc et le thorax que l'on nommera « ligne de pousse » en référence à l'ancien nom de l'emphysème. Ce symptôme est le seul qui reste visible même en dehors des périodes de crise.

 

Qui peut être touché ?

 

Les chevaux et les poneys atteints d'emphysème ont en majorité plus de 7 ans. Mais la maladie se déclare parfois chez de jeunes chevaux.

Il n'existe pas de prédisposition liée à la race ou au sexe. Tous les chevaux et les poneys peuvent être atteints d'emphysème.

Il existe néanmoins des « familles » plus atteintes que d'autres, ce qui laisse supposer une cause génétique ou environnementale commune au développement de la maladie chez ces individus.

 

Les causes de l'emphysème

 

Il existe un certain nombre de causes supposées pour l'emphysème. Ces causes comprennent la présence de moisissures dans le foin ou la litière, une allergie à la poussière ou des infections respiratoires répétées qui fragiliseraient l'appareil respiratoire du cheval et le rendrait hypersensible.

Tous les chevaux hébergés dans des conditions similaires ne développeront pas d'emphysème. Les scientifiques supposent donc que les chevaux atteints auraient une sensibilité génétique particulière à cette maladie. Certains gènes semblent en effet influencer la venue de cette maladie, même si cela reste encore une hypothèse.

Dès l'instant où la maladie est déclarée, toute exposition à un agent irritant va générer une crise. Les conditions de vie influencent donc beaucoup l'évolution de la maladie.

 

Soulager  le cheval emphysémateux

 

L’emphysème est une maladie incurable. Lors des épisodes aigus, un traitement vétérinaire est indispensable. Chaque crise aggravant la situation, le propriétaire doit prendre des mesures pour éviter autant que faire se peut de nouvelles crises et assurer une bonne qualité de vie à son cheval. Pris à temps et bien suivi, un cheval emphysémateux peut avoir de beaux jours devant lui y compris sur un plan sportif. 

Tout traitement commencera par une modification des conditions de vie du cheval. Ses conditions de vie devront être améliorées pour ôter toute poussière ou agent irritant de l'air.

L'usage d'une litière dépoussiérée et d'un foin de bonne qualité (qu'on aura pris soin de tremper dans l'eau voire de traiter à la vapeur) est recommandé. L'exercice quotidien et la mise au pré sont également recommandés. Les abris ou box devront être régulièrement entretenus et nettoyés.

En dehors de ces mesures d'hygiène de vie, le propriétaire pourra fournir à son cheval une aide précieuse en lui administrant des produits à base de plantes et/ou d'huiles essentielles. Ces produits pourront être utilisés selon les cas en friction, en diffusion, en nébulisation ou en tant que compléments alimentaires.

Les aides naturelles sont en effet particulièrement recommandées pour aider le cheval à retrouver son équilibre et son souffle au quotidien, d'autant plus dans le cadre de cette affection longue durée.

Les produits phytothérapeutiques ou issus de l'aromathérapie pourront être donnés en prévention chez les chevaux qui ont des parents sensibles dès le début de l'hiver et pendant toute la durée de la saison froide. Cet usage préventif retardera l'arrivée des premiers symptômes en renforçant les capacités du cheval à faire face à cette affection.

 

Emphysea mélange d’herbes

Easy Breath mélange d’herbes

Easy Breath Sirop

 

N'oubliez pas de signaler tout traitement phytothérapeutique à votre vétérinaire lors de la réalisation d'un examen ou d'une analyse et à lui demander son avis en cas de doute ou de traitement concomitant afin d'éviter toute interaction.

 

Pour Vital'herbs © , Anne KAEFFER

Toutles articles >>