background

Nos articles

Crevasse, gale de boue, gale chorioptique

De nombreuses affections du bas du membre se ressemblent ou commencent de façon similaire. Cette similitude peut poser problèmes aux propriétaires qui souhaitent aider leurs chevaux à lutter contre ces affections.

 

Les crevasses

 

Les crevasses apparaissent au niveau du paturon, sur le boulet et plus rarement le long du canon.

 

Les crevasses s'observent sur la peau fragilisée par l'accumulation de plusieurs facteurs favorisants incluant :

 

-        une humidité excessive (zone humide permanente, temps pluvieux...),

-        des fanons fournis qui retiennent la boue ou qui conservent l'humidité,

-        une température froide,

-        une irritation liée à un coup de soleil (photosensibilisation, balzane...),

-        une irritation liée à une allergie,

-        une irritation liée à un frottement avec une surface abrasive (protections sableuses, carrière humide...),

-        de mauvaises conditions d'hygiène (box mal entretenu, paddock crotté, sabots peu entretenus...),

-        une petite blessure.

 

Une fois la peau fragilisée, elle perd ses poils, rougit puis se dessèche, plisse et se fend. Les bords deviennent durs et une plaie peut apparaître au fond du pli créé. C'est ce pli aux bords durs que l'on nomme « crevasse ».

La crevasse est rarement unique, le propriétaire observe souvent plusieurs crevasses les unes à côté des autres. Des crevasses qui peuvent être très douloureuse pour le cheval.

Les chevaux peuvent se défendre au moment où le propriétaire cherche à curer les sabots, à brosser les membres ou à mettre des protections. Ils peuvent également boiter, ce qui attire l'attention du propriétaire.

 

La gale de boue ou dermatophilose

 

La dermatophilose, appelée communément « gale de boue », peut apparaître suite à l'accumulation de plusieurs facteurs favorisants identiques à ceux qui peuvent donner des crevasses ou suite à une complication de crevasses existantes.

Cette affection n'a rien d'une gale, c'est pourquoi le terme « gale de boue » est jugé impropre par la plupart des professionnels.

La dermatophilose est une infection de la peau par un pathogène de type Dermatophilus. C'est le cas le plus courant de complication bactérienne. Il existe néanmoins des cas où l'infection pourra être le résultat d'une contamination par un pathogène du type Fusobacterium ou Staphylococcus.

Les premiers stades ressemblent à ceux observés lors de la formation d'une crevasse : la peau rougit, des croûtes se forment à la base des poils qui tombent ou s'arrachent lors des soins « en pinceau ». Le pelage peut avoir un aspect « mité ». La peau peut alors suinter et le membre atteint s'engorge.

Ces symptômes peuvent être associés à la présence de crevasses antérieures à la dermatophilose ou qui apparaîtront en même temps que celle-ci.

 

La gale chorioptique

 

La gale chorioptique est relativement rare de nos jours en Europe. Les facteurs favorisant son apparition sont identiques à ceux déjà cités pour la formation de crevasses. Les crevasses peuvent d'ailleurs précéder l'apparition de la gale chorioptique. Un membre peut également souffrir d'une gale chorioptique et d'une gale de boue simultanément.

Le responsable de la gale chorioptique est Chorioptes bovis, un acarien présent naturellement sur les membres des chevaux. Il se nourrit des peaux mortes et est généralement inoffensif. Mais avec la peau du membre qui se fragilise, cet acarien se multiplie et devient alors pathogène.

Chorioptes bovis se cache dans les pustules et les croûtes formées par la fragilisation de la peau. Il génère des démangeaisons intenses qui font que le cheval ira se gratter jusqu'au sang le ou les membres atteints.

 

Se débarrasser des crevasses, de la gale de boue ou de la gale chorioptique

 

Le traitement passe par une éviction des facteurs favorisants (en adaptant les conditions de vie du cheval), par la mise en place de mesures d'hygiène et par la réalisation de soins de base.

 

Ces soins de base peuvent se résumer selon la procédure suivante : rasage de la zone (quand c'est possible), lavage et nettoyage avec de l'eau chaude et du savon, séchage soigneux du membre et notamment des plis, désinfection, si nécessaire, et protection de la zone par l'application d'un produit hydratant et/ou cicatrisant.

L'arrachage systématique des croûtes est une technique déconseillée en général, car elle pourrait ralentir la cicatrisation ou favoriser les complications. Il est préférable d'ôter uniquement les croûtes qui tombent naturellement lors du nettoyage.

Une attention toute particulière devra être portée aux chevaux qui ont eu une affection du bas des membres. En effet, les récidives de ces affections sont fréquentes dès que les conditions redeviennent favorables.

Mélange Mud'Less

Crème Derm'Repair

Lotion Gale

 

En conclusion

 

L'automne et le début de l'hiver sont des périodes particulièrement propices à la fragilisation de la peau des membres par l'humidité et le froid. L'hydratation de la peau et des soins réguliers sont donc conseillés en prévention et ce, dès les premiers signes d'atteinte de la peau du membre.

N'oubliez pas de signaler tout traitement phytothérapeutique à votre vétérinaire lors de la réalisation d'un examen ou d'une analyse et à lui demander son avis en cas de doute ou de traitement concomitant afin d'éviter toute interaction.

 

Pour Vital'herbs ©, Anne KAEFFER

Toutles articles >>