background

Nos articles

Stop aux ulcères gastriques équins !

Sources de souffrances quotidiennes pas toujours exprimées, les syndromes d'ulcères gastriques équins affectent de nombreux d'équidés.

 

Tous les équidés peuvent être concernés

 

Poulains, chevaux de sport, chevaux de loisir, chevaux d'endurance, retraités... Tous peuvent être concernés, un jour ou l'autre, par un des syndromes d'ulcères gastriques et ceci malgré leurs origines et leurs conditions de vie différentes.

 

Il existe un syndrome d'ulcère gastrique pour chaque âge. Et s'il existe une influence de la race ou de la génétique dans l'apparition de ces syndromes, elle n'a, pour l'instant, pas été démontré.

 

En effet, les syndromes d'ulcères gastriques ne sont pas les causes, mais les conséquences d'une accumulation de facteurs environnementaux ou d'atteintes par des pathogènes ou des parasites à l'origine de lésions douloureuses.

 

Les causes des syndromes d'ulcères gastriques sont variables

 

La digestion dans l'estomac du cheval repose sur un fragile équilibre entre la dégradation des aliments et la protection de ses propres cellules. C'est la rupture de cet équilibre vital qui mène aux ulcères. Au lieu de digérer uniquement les aliments, l'équidé s'attaque aussi aux cellules de son estomac.

 

Chez le poulain non sevré, la rupture de l'équilibre est liée le plus souvent à une infection.

 

Pour les autres équidés, ce sont les traitement médicamenteux, les parasites stomacaux, le stress, l'entraînement sportif intensif, les périodes de jeûne, l'excès alimentaire ou l'accès à un mode d'alimentation inadapté qui vont rompre le fragile équilibre du système digestif de l'équidé.

 

L'équilibre rompu, on aura d'abord une irritation désagréable et des symptômes discrets. Un léger changement de caractère, une réticence au travail, une fatigue plus importante ou un appétit plus capricieux sont parfois notés. Chez le poulain, des symptômes de diarrhée liés à l'infection sont parfois présents.

 

En l'absence de soins ou de changement des conditions de vie, la situation évolue alors plus ou moins rapidement et les symptômes se font plus nets: coliques, grincements des dents, hyper-salivation, agressivité... la douleur est alors présente en permanence avec des « crises » après les repas.

 

Au-delà d'un certain stade de lésions, même en cas de guérison, l'équidé gardera par la suite une sensibilité accrue. Il est donc important, à la fois pour éviter les douleurs et pour préserver le futur de l'équidé, de pratiquer des soins préventifs ou curatifs de façon précoce.

 

La prévention des syndromes d'ulcères gastriques équins est essentielle

 

Les syndromes d'ulcères gastriques ont des origines multiples et variées. Néanmoins, on peut en limitant les facteurs de risque, se prémunir contre la plupart des ulcères.

 

On veillera notamment à avoir une alimentation adaptée qui diminue la durée des périodes à jeun. On pourra également travailler à limiter le stress de l'équidé en toutes circonstances. La surveillance et le contrôle de l'infestation parasitaire compléteront utilement ces principes de prévention.

 

Malgré toutes ces précautions, on pourra se retrouver dans des situations où le niveau de stress, la répartition et la composition de l'alimentation ne seront pas idéaux. On pourra aussi avoir un poulain infecté ou un équidé infesté qui sera alors fragilisé.

 

Et même si les conditions idéales sont là, la pratique d'une activité physique intensive va mécaniquement engendrer un risque plus important par le « brassage » du contenu stomacal. Les traitements médicamenteux pourront également fragiliser l'équidé.

 

Dans tous ces cas, il existe des plantes qui permettront de limiter les dégâts tout en respectant l'équilibre digestif.

 

La menthe poivrée et les graines de fenugrec protègent les cellules et inhibent les sécrétions de l'estomac. Ces plantes auront donc une fonction protectrice utile.

 

L'aubépine, la mélisse, la passiflore, la lavande... en les associant aux autres plantes, seront indiquées si un stress est suspecté.

 

Le traitement des syndromes d'ulcères gastriques

 

Le traitement devra se faire après avoir consulté un vétérinaire qui posera le diagnostic et vous préconisera les produits adéquats.

 

Néanmoins, pour des ulcères gastriques diagnostiqués comme légers ou bénins ou en cas de récidives fréquentes et en accord avec votre vétérinaire, vous pourrez utiliser les plantes suivantes :

 

La réglisse active les systèmes de protection des muqueuses, ce qui en fait une plante très efficace dans le traitement des syndromes d'ulcères gastriques.

 

La menthe poivrée et les graines de fenugrec protègent les cellules et inhibent les sécrétions de l'estomac. Elles seront donc utiles pour activer la guérison.

 

La camomille sauvage est traditionnellement utilisée pour soulager l'inflammation associée aux syndromes d'ulcères gastriques.

 

En phytothérapie, la plante est importante mais le mélange est primordial. N'hésitez pas à associer les plantes pour conjuguer les effets positifs.

Mélange Gastro'Less

N'oubliez pas de signaler tout traitement phytothérapeutique à votre vétérinaire lors de la réalisation d'un examen ou d'une analyse et à lui demander son avis en cas de doute ou de traitement concomitant afin d'éviter toute interaction.

 

Pour Vital'herbs ©A.Kaeffer

Toutles articles >>