background

Nos articles

La Phytothérapie appliquée sur les équins.

Au jour d’aujourd’hui l’homme est de plus conscient de ce qu’il mange et ingère au quotidien, il n’aime plus manger des additifs dangereux, conservateur et produits chimiques, il en va de même pour leur cheval. Nous revenons vers une aire naturelle ; shiatsu, ostéopathie, homéopathie, phytothérapie... Malgré les énormes progrès réalisés par la médecine moderne, la phytothérapie offre de multiples avantages. N’oublions pas que de tout temps, à l’exception de ses dernières années, les hommes n’ont eu que des plantes pour se soigner. Aujourd’hui les traitements à base de plantes reviennent au premier plan, car l’efficacité des médicaments tels que les antibiotiques (considérés comme solution universelle aux infections graves) décroît. Les bactéries et les virus se sont peu à peu adaptés aux médicaments et y résistent de plus en plus. Les vers deviennent résistants au vermifuges chimique  La phytothérapie, qui propose des remèdes naturels et efficaces est bien acceptée par l’organisme du cheval. Le cheval est herbivore, son système digestif est idéalement fait pour assimiler complètement les herbes et toutes leurs composantes. Le cheval apprécie le goût des plantes, elles sont 100% naturels, sans arômes artificiels ou conservateurs. La phytothérapie présente encore un avantage : il n’y a pas d’effets secondaires. L’idée est basée sur le fait qu’un cheval au pré, dans son environnement naturel est plus sain qu’un cheval au boxe, car il pratique instinctivement la phytothérapie, en ingérant desplantes nutritives et curatives. Malheureusement, nos prairies sont très pauvres, et ne possèdent plus aucunes de ses plantes à l’état sauvage. L’alimentation de nos chevaux passant exclusivement par l’homme, nous pouvons lui donner ce dont il a besoin.

Les plantes sont données en synergie, une, deux ou trois plantes ensemble, ne sont pas assez puissante pour avoir un effet ciblé sur la pathologie. Il existe ce pendant quelque plantes, telles que l’ail, l’harpagophytum, spiruline qui s’utilisent seul. L'harpagophytum par exemple est un anti-inflammatoire très puissant, il soulage les articulations douloureuses, il est souvent appelé l’aspirine naturelle du cheval, c’est une bonne alternative à un produits classique. L’ail aide à soutenir le système de défense, respiratoire et la circulation.

Les maladies telles que coliques, fourbures, toux, asthme, cushing, stress et bien d’autres peuvent aisément êtres soulagé avec des plantes médicinales. Il est évidemment recommandé de ne pas commencer à faire ses mélanges soit même et de se référer à un professionnel qui pourra vous guider afin de choisir une synergie adapté au besoin spécifique de votre cheval.

L’action bénéfique des plantes médicinales sur nos chevaux on déjà fait plus que largement leurs preuves. Plusieurs milliers de plantes sont utilisée de part le monde, en phytothérapie équine nous utilisons des plantes communes et sans effets secondaires.

Souvent il faut attendre quelques jours avant de voir un résultat en phytothérapie, mais cela en vaut la peine, car le cheval n’a reçu aucun anti-inflammatoire, cortisone, broncho-dilatateur ou autre produits chimique. Il est évidemment toujours recommandé de demander un diagnostique précis à votre vétérinaire si votre cheval souffre d’une pathologie grave ou avancé avant d’entamer une cure de phytothérapie. Le plantes permettent de drainer, nettoyer l’organisme, soulager, calmer entre autre, et tout cela au naturel. La terre à mis à notre disposition tout ce dont notre cheval à besoin, profitons en !

Heureusement, en Belgique nous avons de plus en plus de vétérinaires qui commencent à prescrire la phytothérapie pour les chevaux, mais cette tendance n'est encore qu'un début et nombre de vétérinaires encore à sensibiliser. Rédigé par Vital’Herbs.

Toutles articles >>